Outils
E
galité
F
illes
G
arçons
poursuivre
les a b c d
de l'égalité
FSU 33, SNU-IPP 33, SNES 33
LE PLANNING FAMILIAL (Mouvement Français pour le Planning Familial) 33

La FSU, première fédération de l'éducation, pense qu'il est nécessaire de promouvoir une société qui traite et considère les femmes et les hommes de façon égalitaire, aussi bien dans le domaine privé que dans le domaine public. La FSU fait partie du mouvement féministe et est présente dans toutes les mobilisations actuelles. Avec le SNUipp /FSU, ils ont écrit en juin au Ministre Hamon afin qu'il généralise les objectifs de l' ABCD.
La place de l'éducation est un enjeu majeur dans la construction de l'égalité. Elle est un levier important pour modifier les schémas habituels, les mentalités, les stéréotypes véhiculés par la société. Les orientations des élèves restent très sexuées et certaines filières peu mixtes.
Les recherches en éducation montrent que le plus souvent inconsciemment, les enseignants comme les enseignantes, traitent garçons et filles de manière différente et plus exactement traitent les garçons de manière préférentielle tout en étant convaincus d'être parfaitement équitables
Éduquer à l'égalité passe donc par une meilleure formation des personnels pour comprendre ce qu'implicitement nous reproduisons dans nos pratiques. C'est aussi fournir des outils pédagogiques qui permettent d'ouvrir le champ des possibles pour les élèves afin qu'ils puissent
s'épanouir, affirmer leurs goûts, choisir leurs loisirs, leur métier...

 

Le Planning Familial a toujours lutté, depuis sa création il y a plus de 50 ans, pour le droit des femmes à disposer de leur corps.
C'est pourquoi, le Planning développe avec les équipes éducatives, des actions d'éducation à la sexualité dans les établissements scolaires. Education à la sexualité basée sur le respect de soi et de l'autre, quelle que soit son orientation sexuelle ou son identité de genre, prenant en compte les dimensions affectives, relationnelles et sociales de la sexualité sans la réduire au biologique et à la procréation.
Lors de ces séances nous tentons de faire prendre conscience aux jeunes de l'hégémonie de la norme hétérosexuelle et de l'impact des assignations aux rôles sociaux des femmes et des hommes, qui enferment autant les filles que les garçons et qui contribuent à maintenir les inégalités.
C'est pour nous le seul moyen pour faciliter les relations entre les filles et les garçons, et pour agir en prévention des comportements et des violences sexistes.