Outils
E
galité
F
illes
G
arçons
poursuivre
les a b c d
de l'égalité
Actu
prochaine réunion du collectif, mardi 19 janvier 2016 à 17h au Planning Familial 334 bis avenue Thiers Bordeaux

Parce que la lutte pour l'égalité ne souffre pas de pause, le collectif met en place ce site "EFG: Egalité Filles Garçons" alors que le ministère de l'Education Nationale présente un projet sans moyen!
Le Collectif pour l'égalité, qui regroupe associations et syndicats (CEMEA Aquitaine, FCPE [Fédération des Conseils de Parents d'Elèves], FRANCAS Gironde, GFEN [Groupe Français d'Education Nouvelle], La Maison des Femmes, LDH Gironde, OCCE Gironde [Office Central de la Coopération à l'Ecole], Planning Familial Gironde, SNUIPP Gironde, SNES, FSU 33, UD CGT 33) a dénoncé, en juin 2014, l'arrêt du dispositif ABCD de l'égalité malgré un rapport positif des inspecteurs généraux et sous la pression d'une poignée de traditionnalistes et de leur campagne mensongère.
L'actuelle ministre de l'Education Nationale a présenté en novembre 2014 un nouveau "plan d'action" pour l 'égalité entre les filles et les garçons à l'école qui prévoit la mise à disposition des enseignants d'outils pédagogiques et de modules de formation (initiale et continue). Malheureusement, cette déclaration parait plus un voeu pieux qu'une réalité, ces thèmes étant absents des maquettes de formations de nombreux ESPE (Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education) ainsi que, plus largement, d'une formation continue exangue.
On est ainsi bien loin de fournir aux enseignants les moyens de mettre en oeuvre les obligations dévolues à l'école par la loi.
Il est important de comprendre qu'une petite fille qui a envie de courir, de jouer au football, de grimper aux arbres et de s'amuser avec des autos miniatures n'est pas un "garçon manqué", et qu'un petit garçon qui a envie de jouer à la poupée ou à la dînette n'est pas de fait une "femmelette". La différence des sexes ne justifie pas leur hiérarchie et certains a priori sur le genre (féminin, masculin), aussi appelés préjugés ou stéréotypes, produisent des discriminations, des blessures, des souffrances. De même, l'homophobie nous apparait clairement comme une des conséquences de la hiérarchisation des sexes et de l'inégalité entre les filles et les garçons.
Pour les filles et les femmes,
pour les garçons et les hommes.